Une aquarelle de Floristella par Thierry V.

Floristella par Th. Vernet 1966 – Collection privée

Assise sur un fauteuil, Floristella regarde le peintre, son mari Thierry Vernet. Un pull noir et un pantalon beige recouvrent sa fine silhouette et ses cheveux noirs, bien coupé au carré. Deux pivoines rouges dans un vase blanc presque transparent rehaussent la couleur du tableau. L’une des fleurs donne l’impression d’embrasser le visage de Floristella. Une tasse de thé et une assiette bleues posées verticalement montrent la modernité du peintre qui aurait pu les présenter horizontalement. Les touches de cette aquarelle de 1966 sont fines et à peine esquissées. Cette peinture est « affectueuse » pour Mme Marie-Louise H. qui a acheté ce tableau au Centre culturel suisse à Paris en 1992, afin d’aider le jeune couple d’artistes.

Sylvie Doriot Galofaro, Historienne de l’art et auteure du livre Une histoire culturelle de Crans-Montana (Alphil, 2017) qui contient les photos du Dr Théodore Stephani, le grand-père de Floristella.

************************

Cette année là,en 1966, Thierry Vernet et Floristella Stephani, vivent à Paris depuis environ 7 ans et y sont bien installés.

Th. Vernet, en à côté de son travail de peintre, travaille très régulièrement pour le théâtre . Il expose même une série de décors au Théâtre de Paris. Il contribue aussi à la création des « Caprices de Marianne » de Musset pour le théâtre de l’Athénée ou encore pour la compagnie Atelier 65 qui mets en scène différentes pièces de ONeil.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.